Romans

Si tu m’abandonnes, Nora Roberts

si-tu-m-abandonnes-1

 

 

Le lieutenant Phoebe MacNamara est la meilleure négociatrice de crise de la police de Savannah. Libérer des otages lors d’un hold-up ou convaincre un forcené de relâcher son épouse et ses enfants constitue son lot quotidien. Elle ne redoute rien ni personne, jonglant avec un métier éprouvant, une mère agoraphobe et sa fillette de sept ans. Mais lorsque Phoebe est agressée à l’intérieur du commissariat, son assurance vacille. Devant une série de messages qui la menacent directement, elle n’aura d’autre choix que d’affronter ses peurs les plus enfouies.

Il s’agit d’un des premiers Nora Roberts que j’ai lu et j’ai vraiment aimé son style, alors que d’habitude, les romances à suspense, ce n’est pas du tout mon truc. Mais ici, on se laisse porter par l’intrigue même si parfois, face à l’horreur décrite par l’auteur, on ne peut que se demander comment toute cette haine est possible. 

Phoebe MacNamara est une jeune femme forte et indépendante qui a su se frayer un chemin pour atteindre ses objectifs. Elle cache un passé douloureux mais elle a su le mettre à profit pour trouver sa voie. Elle est vraiment douée dans son travail, à savoir désamorcer les situations de crise, et simplement la première scène du roman nous montre l’étendue de son talent. L’intrigue tourne autour de deux menaces, ce qui permet d’insérer un flou qui oblige le lecteur à se poser des questions. Tout n’est pas évident dès le début.

Que dire de Duncan ? Il est riche depuis qu’il a gagné au Loto et il rencontre Phoebe sur une scène de crise puisqu’un de ses employés menace de se suicider du haut de l’immeuble. Après l’agression subie par Phoebe sur son lieu de travail, sa relation avec Duncan va s’approfondir et se renforcer et elle sera d’autant plus importante lorsque Phoebe se verra menacée de mort sans savoir d’où vient le danger. Duncan est tendre, confiant et il représente le rocher sur lequel vient se reposer Phoebe.

Les personnages secondaires sont également bien décrits et j’ai vraiment été touchée par la maladie de la mère de Phoebe. Elle a une peur panique de quitter sa maison et son champ de déplacement s’amenuise au fil du temps. On assiste à son isolement et sa peur qui ne peut que se renforcer au contact du métier de sa fille. On ressent facilement la panique qu’elle ressent à l’idée du danger qui l’entoure.

J’ai dernièrement découvert qu’une adaptation avait vu le jour. Il s’agit d’un téléfilm nommé Sur le fil (ou High Noon en anglais). Le téléfilm est assez fidèle au roman. Cependant, de nombreuses scènes plutôt très violentes dans le livre ont été très atténuées dans le téléfilm. Par exemple, dans le livre, Phoebe se fait agressée dans son commissariat et son agresseur ne se contente pas de la frapper violemment, mais il lui déchire ses vêtements et lui fait subir des attouchements sexuels dans le but de l’humilier. Il la laisse ensuite seule, menottée et à moitié nue dans les escaliers. Je me demandais comment cette scène allait être menée dans le téléfilm. En fait, elle est réduite à une agression physique très rapide, sans le moindre attouchement. On pourrait se dire que ce n’est pas vraiment important, mais pourtant, cette scène est assez primordiale dans le roman car elle met en valeur la personnalité de Phoebe.

Et si cette scène n’est pas réellement problématique, ce n’est pas le cas d’une autre où la différence entre le roman et le téléfilm vient rompre le sens et la construction du caractère des personnages. Ces différences laissent apparaître de réels contre-sens qui viennent briser toute la construction des rôles types. Ainsi, le méchant agira de manière plutôt suspecte mais c’est simplement parce que le téléfilm ne veut pas choquer le spectateur. Son caractère est alors atténué alors qu’il n’en est rien dans le roman. Cependant, pour la plupart, ces changements s’expliquent par le caractère plus que violent des scènes écrites par Nora Roberts.

Au final, un livre que j’ai vraiment aimé et que j’ai préféré au téléfilm. Même s’il demeure plus violent, il permet de donner plus de puissance à chacun des personnages et à l’intrigue elle-même.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s