Albin Michel·Editions·Romance·Romans·Young Adult

Five Feets Apart, de Rachael Lippincott

five feet apartStella Grant a dix-sept ans, et elle a passé une bonne partie de sa vie à l’hôpital. Atteinte de mucoviscidose, elle maîtrise scrupuleusement sa situation, enchaînant les to-do list, suivant ses traitements et les recommandations des médecins à la lettre. Alors qu’elle attend une greffe de poumons, elle retourne à l’hôpital pour quelques semaines.
Alors qu’elle suit sa routine quotidienne, elle rencontre un nouveau patient, Will, atteint par la même maladie qu’elle. Malheureusement, le jeune homme souffre également d’une bactérie fatale qui lui interdit toute chance d’obtenir une greffe de poumons. Si Stella l’attrape, elle peut dire adieu à la greffe.

Les deux adolescents ont donc l’interdiction absolue de s’approcher à moins de deux mètres. Malgré cette obligation, Will et Stella se rapprochent peu à peu et tombent amoureux. Ils doivent alors user de stratagèmes pour semer les infirmières et passer du temps ensemble. Très vite, cette distance entre eux ne rime plus avec sécurité, mais avec punition.

A la découverte d’une maladie peu connue

Dès la dédicace, le ton est donné. Ce roman servira à faire connaître la mucoviscidose, une maladie très dure qui touche beaucoup de jeunes et qui est accompagnée de beaucoup de contraintes. C’est mission réussie. On en apprend beaucoup plus sur cette maladie qui est lourde à gérer et qui rend les poumons très faibles. J’ai ressenti beaucoup de compassion pour ces jeunes qui passent à coté de beaucoup de choses pour pouvoir se soigner et tenter de retrouver une vie normale.

Un romance impossible

Nous découvrons donc Stella et Will, deux jeunes gens tous les deux atteints de la mucoviscidose, qui vont se rencontrer à l’hôpital. Ils ont un caractère totalement opposé. Stella est rationnelle et organisée. Elle fait des liste, prévoit tout, organise tout et ne laisse aucune place à l’inconnu. Elle veut à tout prix guérir pour ses parents et fait tout pour.

Quant à Will, c’est un artiste. Il aime dessiner et se moque de sa maladie. Atteint d’une bactérie qui l’empêche d’être sur la liste pour recevoir une greffe de poumons, il a perdu tout espoir de guérir et attend juste d’être majeur pour pouvoir prendre ses propres décisions.

Les deux personnages m’ont beaucoup touchée et j’ai suivi avec intensité leur histoire originale. Ils ne doivent surtout pas être ensemble mais ne peuvent s’empêcher de se sentir liés l’un à l’autre.

Une écriture fluide

C’est donc une histoire très touchante qu’on lit ici, avec des personnages qui portent un lourd fardeau. J’ai été fascinée par leur courage et leur détermination. L’écriture de Rachael est très fluide et on tourne les pages très rapidement. De plus, l’alternance de points de vue nous ancre encore plus dans l’histoire, ce qui fait qu’on ne peut ressortir indemne de cette lecture.

Une très bonne lecture pour moi même si tout n’est pas rose. J’ai maintenant hâte de voir le film.

Capture d’écran 2019-04-15 à 13.28.43

D’autres chroniques sur le roman :

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s