L’Ickabog, de J.K Rowling

Ça faisait un moment déjà que ce roman trainait dans ma Pal et je suis plutôt contente de l’avoir lu car ça a été une très bonne lecture !

La Cornucopia était un petit royaume heureux. On n’y manquait de rien, le roi portait la plus élégante des moustaches, et le pays était célèbre pour ses mets délicieux: Délice-des-Ducs ou Nacelles-de-Fées, nul ne pouvait goûter ses gâteaux divins sans pleurer de joie! 
Mais dans tout le royaume, un monstre rôde: selon la légende, l’Ickabog habitait les Marécages brumeux et froids du nord du pays. On disait de cette créature qu’elle avait de formidables pouvoirs et sortait la nuit pour dévorer les moutons comme les enfants. Des histoires pour les petits et les naïfs? Parfois, les mythes prennent vie de façon étonnante…
Alors, si vous êtes courageux et voulez connaître la vérité, ouvrez ce livre, suivez deux jeunes héros déterminés et perspicaces dans une folle aventure qui changera pour toujours le sort de la Cornucopia.

Nous retrouvons ici l’auteure de Harry Potter dans un conte très bien raconté et captivant. Elle l’avait écrit entre deux tomes d’Harry Potter, sans jamais le publier. Puis, en cette période de confinement, elle a ressorti ses manuscrits et a organisé un concours d’illustrations de son conte. Bilan : la fin comporte de belles illustrations dessinées par des enfants et j’ai trouvé le concept plutôt génial.

Nous avons donc ici un conte qui se déroule dans un pays utopique nommé la Cornucopia. Là-bas, tout est rose et tout va bien dans le meilleur des mondes. Sauf que de fil en aiguille, les ennuis vont arriver et ce qui était au début un tout petit mensonge va se transformer en énorme toile de mensonges.

J’ai beaucoup aimé la narration évidemment. L’auteure a un don pour nous raconter des histoires. On a l’impression d’être vraiment en Cornucopia et de côtoyer tous ces braves habitants. L’histoire m’a surprise plus d’une fois car, contrairement à un conte, ici, tout n’est pas tout rose. J’ai été captivée du début à la fin et je voulais tellement avoir le fin mot de l’histoire. La fin m’a beaucoup plue.

En Cornucopia, il existe un monstre imaginaire – L’Ickabog – tiré de vieilles légendes qui sert surtout à faire peur aux enfants désobéissants. Mais que se passe t-il si l’Ickabog se révèle être un monstre bien réel ? Mythe ou réalité ? Quand le destin d’une peuple bascule à cause de la cupidité d’un minuscule groupe d’hommes.

Ça a donc été une excellente lecture pour moi, une de celle qui nous marque et nous laisse dans un état un peu perdu une fois la dernière page tournée.

D’autres chroniques du roman :

4 commentaires

  1. Même si j’ai moi aussi apprécié retrouver la plume de l’auteure, j’ai trouvé que l’histoire racontée n’était pas si transcendante. De plus, tout ce déroule assez rapidement.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s