Filles Uniques – T01 Paloma, de BeKa et Méhu Camille

Paloma est en colère. Dès la couverture, la couverture rouge et l’air revêche de la jeune fille nous le font comprendre. Elle est en colère contre tout le monde et son comportement lui vaut d’être isolée, seule, et sans amis. Pourtant, Paloma n’est pas seule. De jeunes filles de son lycée aussi perdues et isolées qu’elle vont décider de former un club, le club des mal barrées, et vont tout faire pour qu’elle les rejoigne. 

Apolline, Céleste, Chélonia et Sierra sont scolarisées dans le même établissement. Ces jeunes filles ont un point commun : elles sont isolées, mises à l’écart par les autres, parfois harcelées. Un jour, Chélonia décide de les réunir pour leur faire une proposition. Elle aimerait fonder avec elles le « club des mal-barrées ». Sa raison d’être : leur permettre de briser leur solitude et de devenir plus fortes, en somme, pour enfin « exister pleinement ». Leur premier objectif consiste à convaincre Paloma de les rejoindre. Adolescente rebelle et solitaire, celle-ci a épuisé plusieurs familles d’accueil. Elle vit désormais chez Liselotte, une femme habituée à héberger des jeunes en difficulté. Les quatre nouvelles amies pourront-elles l’aider à surmonter son passé ?

Alors oui, il y a des situations improbables, comme la capacité d’une des filles à infiltrer des dossiers classés top secrets, mais en même temps, ça ne compte pas vraiment. Ce qui est mis en valeur, ce sont des thèmes trop souvent mis de côté qui sont pourtant super importants, comme l’amitié, la solidarité, l’exclusion sociale ou encore le mal-être des jeunes. Et là, tous ces thèmes sont bien traités et mis en avant. Tout comme la découverte de son identité, de ses choix sexuels. J’ai trouvé que c’était bien amené mais en même temps, je dois dire que comme beaucoup de thèmes sont traités, l’histoire part un peu dans tous les sens et surtout, tout arrive très vite et s’enchaîne sans vraiment laisser de temps. 

Paloma est très difficile à aimer car elle se protège et rejette tout le monde. Au fur et à mesure, on comprend mieux son caractère et ses décisions mais c’est vrai que dans un premier temps c’est très difficile de s’attacher à elle. Par contre, j’ai beaucoup aimé les couleurs et la mise en page de la bande dessinée car on voit une réelle évolution de Paloma, notamment grace au choix des couleurs, très sombres au départ, puis de plus en plus claires. 

Un premier tome qui nous permet donc de nous immerger dans la vie de Paloma et de ses amis et qui va trouver écho chez les jeunes qui rencontrent ces mêmes problèmes dans leur vie quotidienne. 

D’autres chroniques du roman :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s