Mangas

Solo Leveling, de Chu-Gong

solo levelingDepuis l’apparition d’un portail reliant notre monde à un monde rempli de monstres et de créatures de toutes sortes, certaines personnes ont acquis des pouvoirs et la capacité de les chasser : on les appelle les « Chasseurs ». Le protagoniste de l’histoire, Sung Jin-Woo, est le plus faible des chasseurs de rang E (les rangs du plus faibles au plus fort sont E,D,C,B,A,S) en Corée du Sud et à peine plus fort qu’un humain normal. Il est surnommé par ses compères comme « le chasseur plus faible ».

Un jour, lui et d’autres chasseurs se retrouvent piégés dans un donjon extrêmement dangereux classé rang S alors qu’ils avait été détecté en tant que rang D, nommé « le repaire caché », et seuls quelques-uns d’entre eux survivent et parviennent à s’échapper. Sung Jin-Woo lui-même reste derrière car il à perdu une jambe dans ce donjon et permet alors aux autres chasseurs de s’enfuir. Alors qu’il est sur le point d’être achevé,Sung Jin-Woo se réveille dans un hopital où on lui dit que lorsque que les renfort l’ont retrouvé dans le donjon, il n’y avait plus aucun monstre aux alentours. Il découvre alors qu’il possède une capacité qui le transforme en un « joueur » et qui peut désormais voir une interface lui montrant des quêtes, un inventaire… Il découvre alors qu’il peut progresser, ce qui est normalement impossible pour n’importe quel chasseur.

Ce n’est vraiment pas dans mes habitudes de lire des mangas. Pourtant, je me suis laissée convaincre par ce manga et vu ma vitesse de lecture, je peux dire que j’ai été conquise par cette histoire.

Une histoire captivante

L’histoire se passe à notre époque actuelle et des donjons magiques ont fait surface un peu partout sur l’ensemble de la Terre. Des Chasseurs se sont alors « éveillés » partant à la conquête de ces donjons afin d’éliminer le plus de monstres et de garantir la sécurité de la population. J’ai beaucoup aimé l’intrigue de départ et j’ai trouvé que tout était très bien expliqué.  Moi qui ne suis pas très au courant des termes liés aux jeux vidéos, ici tout est expliqué de façon très claire et c’est appréciable pour une lecture fluide. Il y a de l’humour, ce qui rend la lecture vraiment agréable et drôle.

Un personnage déterminé

Nous suivons donc l’histoire à travers le personnage d’un jeune garçon malheureusement connu pour être le chasseur le plus faible qui existe. Au cours d’une mission dans un donjon, il va activer un système spécial qui va lui permettre de progresser et de devenir plus fort, alors que cela est impossible pour les autres. On assiste alors à son évolution et j’ai vraiment aimé suivre sa progression à travers les différentes quêtes et combats. Sung Jin-Woo est spécial car il est déterminé à devenir le plus fort. Il est téméraire et affronte le danger sans peur. J’ai beaucoup aimé son caractère même si j’ai plus d’une fois eu peur de le voir sombrer dans les ténèbres.

Des illustrations super belles

Un des éléments qui m’a fait autant aimé ce manga, ce sont les illustrations que j’ai trouvées vraiment très belles. Les traits de dessin m’ont captivée et les couleurs également. Cette omniprésence de couleur sombre autour du personnage principal montraient super bien son évolution. Et puis, quelle évolution physique !! Ça m’a beaucoup impressionnée et les moindres détails ont une réelle importance.

Ça a donc été une excellente lecture que je vous recommande !

Capture d’écran 2019-04-15 à 13.28.43

D’autres chroniques :

 

Editions·Jeunesse·PKJ·Romans

L’Incroyable Voyage de Coyote Sunrise, de Dan Gemeinhart

incroyable voyage de sunriseRentrer chez soi est parfois le plus difficile des voyages…

Coyote, douze ans, vit avec Rodeo, son père, dans un bus scolaire. Ensemble, ils sillonnent les États-Unis au gré de leurs envies, embarquant parfois quelques autostoppeurs à l’âme en peine. Quand Coyote apprend que le parc de son enfance va être détruit, elle décide de tenter l’impossible : traverser le pays en moins de quatre jours pour arriver avant les bulldozers. Un défi de taille, puisque Rodeo a juré de ne jamais retourner sur les lieux qui abritent leurs plus précieux souvenirs. Mais le voyage est parfois plus important que la destination…

Quelle lecture marquante ! Ce roman a été un vrai coup de coeur, une petite pépite à mettre entre toutes les mains.

«  Je ne suis pas brisée. Et je ne suis pas fragile. C’est comme ça. »

Nous faisons la rencontre d’une petite fille de douze ans, Coyote, qui vit avec son père dans un bus scolaire jaune et qui sillonne donc les États Unis depuis bientôt cinq ans. Son histoire est triste, je ne vais pas vous spoiler, mais Coyote illumine ce récit par son attitude et sa manière de penser.

J’ai tellement aimé suivre ses pensées, ses réflexions. Elle agit de manière vraiment adulte et pourtant, ce n’est qu’une enfant qui a besoin de son papa. Coyote est lumineuse, elle voit le bon côté chez les autres, agit tout le temps avec gentillesse. C’est fou comme j’ai aimé son personnage. 

« On appelle ça vivre. Liberté. On appelle ça prendre soin l’un de l’autre. Et avancer. »

On comprend vite que leur voyage depuis cinq ans est une fuite pour les éloigner de leur chagrin. Pourtant, même s’ils agissent de manière bizarre, on ne peut que voir l’amour que Rodéo porte à Coyote et que Coyote porte à Rodéo. J’ai surtout aimé les petits noms qu’il donne à Coyote, et qui ne font que souligner l’amour qu’il lui porte. 

Quand Coyote va apprendre que le parc de son enfance va être détruit, elle va décider de retourner sur les lieux alors qu’elle sait qu’elle n’en a pas le droit. Elle sait qu’elle outrepasse les règles mais j’ai aimé voir son assurance si désarmante d’innocence. 

« Il y a tellement de tristesse dans le monde. Il y a tellement de joie dans le monde. »

La magie de cette histoire, ce sont les rencontres qui ont lieu dans ce bus. Qu’est ce que j’ai aimé chacune de ces rencontres ! Chacune apporte quelque chose au récit, un petit plus qui donne foi en l’humanité et qui fait rêver. Franchement, j’ai passé vraiment un excellent moment de lecture alors qu’il n’y a rien d’extraordinaire. Mais justement, Coyote voit l’extraordinaire de chacune des personnes qu’elle rencontre. Elle capte la magie des moments ordinaires. Elle nous fait voir la vie de ses yeux d’enfants et c’est si beau qu’on a envie, que j’ai eu envie de devenir comme elle.

Et puis, j’ai tellement aimé la plume de l’auteur.  C’est léger, facile à lire et chaque court paragraphe nous captive directement !

Capture d’écran 2019-04-15 à 13.28.43

D’autres chroniques :

 

Editions·Fantasy·J'ai Lu·Jeunesse·Romans

Rozenn, de Laëtitia Danaé

rozenn T1Rozenn Kaplang est une djinn.

Durant de longues années, son peuple a souffert de la domination des dagnirs, mais si l’esclavage est officiellement aboli, la liberté, elle, garde un goût amer.

Et si une union entre princes et princesses de ces différentes tribus permettait de tirer un trait sur un douloureux passé ?

« Une vie sans magie, c’est une vie sans soleils.»

Si j’ai acheté ce tome sans hésiter quand je l’ai vu, c’est déjà pour sa couverture vraiment belle mais surtout parce que j’aime énormément les histoires fondées sur la mythologie orientale. Ici, on est vraiment bien servis avec la présence des djinns et autres créatures magiques. J’ai aimé la présence de petits points culture au début de chaque chapitre, qui nous permet d’apprendre une multitude de choses, sans alourdir le récit en lui-même. C’est vraiment bien pensé.

C’est la première fois que je lis un récit avec des djinns si présents et j’ai trouvé l’univers inventé par l’auteur vraiment riche et captivant. Les djinns sont des créatures magiques (comme le génie de la lampe magique) mais ils ont été asservis par un autre peuple, les dagnirs, et ne peuvent donc plus utiliser leur magie. Dans ce contexte, trois princesses djinns vont être invitées par le sultan dagnir en personne afin de venir séjourner dans la capitale dagnire et épouser un des princes.

« Vous êtes la personne la plus impétueuse que j’ai jamais rencontrée. »

Nous suivons donc l’histoire du point de vue de Rozenn, une des princesses djinns et j’ai vraiment beaucoup aimé son personnage. Elle est impétueuse, remplie d’une colère en découvrant comment vit son peuple. J’ai trouvé très juste sa réaction tout au long de l’histoire. Elle a conscience du jeu politique qui a lieu, des tentatives de manipulation du sultan. Elle a cette capacité de se méfier de tout le monde et c’est ce qui la rend plus forte. Ses doutes sont bien retranscrits. Elle est également droite dans ses valeurs et j’ai beaucoup aimé ça.

Ses sœurs sont également complexes et pas si évidentes à cerner que cela. On sent qu’il y a encore de nombreux secrets qui seront dévoilés dans les tomes suivants et j’aime beaucoup cela. Daire, la plus jeune, m’a beaucoup surprise par son évolution dans l’histoire. Je ne m’y attendais pas et je pense que cela va donner une suite intéressante pour les tomes suivants.

« J’ai l’impression d’avoir été conçue pour ça, pour défendre mes idées, pour défendre ceux qui n’en ont plus la force. »

Finalement, on le sent, une révolution va avoir lieu. Sur ce point, la trame narrative n’est pas vraiment originale puisqu’on retrouve un peu le même schéma dans d’autres romans du même style. J’ai beaucoup apprécié qu’on ne tombe pas trop dans une romance cliché. Même si la part de romance est présente du fait de l’histoire et avec les présence des trois princes, j’ai aimé que Rozenn ne tombe pas en pâmoison devant eux.

Les intrigues politiques restent au coeur du roman et la fin laisse présager une suite plus sombre mais toujours dans le même axe. Bon, du coup, j’ai préféré Callum qui est un peu le bad boy des trois frères mais chacun a ses caractéristiques propres à lui, ce qui fait que chaque scène est appréciable.

Du coup, vous l’aurez compris, ce premier tome m’a beaucoup plu et même si la fin m’a rappelé d’autres romans et donc m’a moins surprise, je reste ravie de ma lecture.

Capture d’écran 2019-04-15 à 13.28.43

D’autres chroniques :

 

Contemporaine·Editions·Hugo Roman·Romance·Romans

Eleanor & Grey, de Brittainy C.Cherry

eleanor & greyEleanor et Greyson sauront – ils saisir leur seconde chance, et retrouver la force de s’aimer à nouveau ?

Eleonor et Greyson, opposés en tous points, se rencontrent au lycée, tombent amoureux, et deviennent uniques l’un pour l’autre, jusqu’à ce que la vie et son lot de malheurs les sépare alors qu’ils ont 17 et 18 ans.

Lorsque 10 ans plus tard, Eleonor accepte ce boulot de nounou dans les beaux quartiers, comment aurait- elle pu imaginer, qu’elle devrait s’occuper des enfants de Greyson, son amour de jeunesse ? Mais le garçon qu’elle avait connu par le passé, est devenu un homme – un homme froid, solitaire, détaché de tout.

Le sourire qui perçait parfois le dans le regard tourmenté du garçon qui avait ravi son coeur d’une jeune fille, suffisait à convaincre Eleonor que ce garçon-là, valait la peine qu’on se batte pour le retrouver. Tout ce qu’espère Eleonor c’est d’avoir la chance de laisser une marque à son tour, sur l’ âme de Greyson East, qui l’a marquée à jamais.

Je vous le dis d’emblée, ce livre c’est un véritable coup de cœur à tout point de vue ! Je me suis complètement laissée emporter par l’histoire et chaque thème, chaque personnage a su me toucher. Voici en détails pourquoi.

« C’était lui, c’était moi, c’était nous.  » 

Nous suivons donc l’histoire de Grey et Eleanor. Ils se sont connus au lycée, ont été séparés par les circonstances et se retrouvent une fois adulte, quinze ans plus tard. Grey était un véritable rayon de soleil dans la vie d’Eleanor. C’était son ancre, celui qui lui permettait d’aller mieux. Quinze ans plus tard, Eleanor va devoir jouer le même rôle dans la vie de Grey. Je vais éviter de vous spoiler mais sachez juste que j’ai fondu devant la personnalité d’Eleanor avec qui je me suis trouvée de nombreux points communs. J’ai tellement aimé les références à Harry Potter. Ce roman m’a fait rire tout comme il m’a littéralement fait pleurer. Le couple qu’ils forment m’a vraiment donné le sourire. J’ai trouvé leur relation vraiment magnifique, intense, pure et sincère.

 « À partir de maintenant, nous avançons ensemble, d’accord ? » 

Je vous l’avais déjà dit mais j’aime beaucoup quand il y a de jeunes enfants dans les romances et pour le coup, j’ai été gâtée car Karla et Lorelai – surtout Lorelai – sont adorables et apportent un vrai plus au roman. La famille de Grey est brisée et on va assister à l’évolution de leur relation. J’ai autant aimé le Grey homme que le Grey papa. J’ai aimé avoir son point de vue, suivre le cours de ses pensées. Brittainy C.Cherry a un don pour aborder les sentiments des personnages. On les ressent intensément et j’ai vraiment beaucoup aimé cela.

 « C’est ce que font les mères, elles arrangent tout. » 

Mais ce roman, c’est surtout un éloge aux mamans, et j’ai beaucoup pensé à la mienne en lisant cette histoire. C’est un véritable de voir à quel point elles sont mises à l’honneur. J’ai aimé tous ces petits moments entre les personnages principaux et leur maman. Ohlala que de larmes versées tellement ça m’a touchée !! Un vrai bonheur de lire un livre comme ça !!

Capture d’écran 2019-04-15 à 13.28.43

D’autres chroniques :

 

Editions·Fleurus·Jeunesse·MxM Bookmarks·Romans

Eko, La pierre d’océan, de Benoit Grelaud

eko la pierre d'ocean

Sur une autre planète, à des milliers d’années-lumière de la Terre, vivent les lignums, de petits êtres mi-humains, mi-végétaux.

Eko est l’un de ces lignums, mais il est jeune, intrépide et peu obéissant, ce qui va lui causer bien des ennuis ! Car, en touchant les pierres sacrées, Eko met tout son peuple en danger… Pour réparer sa bêtise, il doit partir en quête de trois nouvelles pierres, réparties dans des régions hostiles et inexplorées…

Pour ramener la première, la pierre d’océan, Eko le sait : il devra traverser mille épreuves et affronter mille dangers.. Le jeune lignum parviendra-t-il au bout de sa quête et à sauver son peuple ?

Je ne m’attendais pas à autant aimer ma lecture. Ce petit roman renferme tout ce que j’aime : de l’aventure, des héros attachants qui vont grandir, apprendre et prendre confiance en eux et un rythme dynamique.  

Des héros attachants

Dans cette histoire, nous rencontrons Eko, un jeune fytos, une créature d’origine végétale qui a l’apparence d’un jeune garçon. Eko est vif, curieux et déteste suivre les règles. Malheureusement, il va faire une bêtise de trop en touchant les pierres sacrées de son peuple et il va devoir aller à la recherche de nouvelles pierres. A partir de là, il est seul face à l’inconnu et face aux dangers qui l’attendent. A ses cotés l’accompagneront Schtong, une petite créature bleue capable de se transformer en ogre, et Tharralea, une jeune fytos pleine de caractère et intrépide.

Une histoire complexe et intéressante 

Eko doit donc aller à la recherche des fameuses pierres pour sauver son peuple et il va devoir faire preuve de courage pour réussir sa mission. Il se voit encore comme un petit garçon et il va apprendre au fur et à mesure à se faire confiance et à cultiver ses talents. Il va faire la rencontre de plusieurs personnes, va se faire des amis, et j’ai beaucoup aimé suivre son cheminement. Franchement, on ne s’ennuie pas du tout car les péripéties s’enchaînent et c’est génial de voir Eko et ses amis surmonter les différentes épreuves.

Un univers riche

Quelle imagination !! J’ai beaucoup aimé voyager aux cotés d’Eko. On se projette facilement à ses cotés et j’ai aimé l’originalité des lieux qu’il visite. Que ce soit les maisons vivantes ou le voyage sous l’océan, j’ai été charmée plus d’une fois. On retrouve dans le roman quelques illustrations très bien faites qui ne font que fournir plus de détails à notre imagination.J’ai hâte de savoir ce qu’il va se passer ensuite car cette première partie donne envie de connaitre la suite. 

Capture d’écran 2019-04-15 à 13.28.43

D’autres chroniques :

 

Contemporaine·Editions·MxM Bookmarks·Romance·Romans

Adrian U.S. Army, de Stefany Thorne

adrianAlicia tente désespérément de survivre à la disparition de son mari Adrian. Tombé au combat, il n’a jamais pu tenir la promesse faite à sa femme, deux ans plus tôt. Celle de lui revenir sain et sauf de sa dernière mission.

Alors qu’elle se plonge dans ses souvenirs en perdant peu à peu l’espoir qui lui reste, elle se remémore tous les merveilleux moments passés ensemble. Mais une nouvelle inattendue risque de bouleverser toute sa vie.

Lorsque le destin frappe une seconde fois à votre porte, n’est-il pas déjà trop tard ?

Je viens de finir cette romance assez intense et j’ai passé un bon moment même si j’ai eu parfois quelques sensations de longueur

Un couple très intense

Nous faisons dès les premières pages la rencontre de Alicia et Adrien et on ne peut que remarquer à quel point ils sont intenses et totalement fous l’un de l’autre. On assiste à un véritable coup de foudre et, même si je préfère les relations qui se construisent plus lentement, j’ai apprécié de voir à quel point leur amour était fort et sincère. Alicia a connu l’amour autrefois mais son fiancé est mort brutalement. Elle se remet lentement de cette tragédie et n’a aucune envie d’être avec Adrian quand elle le rencontre. Pourtant, elle va s’apercevoir qu’ils ont de nombreux points communs et qu’il réveille en elle des sentiments qu’elle avait oubliés.

Des personnages réalistes

Autre point positif : on s’identifie facilement aux personnages car ils sont loin d’être parfaits, comme nous. Chacun a ses propres démons et va devoir les affronter. On se rend vite compte que sous sa façade de dur à cuire, Adrian a de nombreuses faiblesses et ça le rend très attachant.

Un hommage aux soldats

À travers cette romance, l’auteure nous montre la vie des soldats éloignés de leur famille pour se battre pour leur pays. On ressent toute l’angoisse et la tristesse qu’ils éprouvent éloignés l’un de l’autre. Il y a du suspens, beaucoup de tensions. L’histoire est très intense et certains passages m’ont mis les larmes aux yeux.

Bon finalement, je me rends compte que j’ai aimé pas mal de choses mais j’ai juste eu du mal avec leur relation que j’ai trouvée trop rapide…

Capture d’écran 2019-04-15 à 13.28.43

D’autres chroniques :

 

Auto édition·Editions·Fantasy·Romans

Le Réveil, de Lea Diaz

Karalyn – Tome 1

karalynKaralyn, une jeune métamorphe à la nature discrète, tente de réussir sa première année d’université tout en se tenant à l’écart du monde magique. Mais dans une ville où se concentre la plus grande communauté d’êtres surnaturels du pays, son passé et ce qu’elle est réellement ne tardent pas à la rattraper.

Un univers vite captivant

J’aime beaucoup les histoires dans lesquelles se côtoient des êtres surnaturels. Ici, nous avons affaire à un monde dans lequel vivent les humains, les sorciers et les metamorphes, ces êtres capables de se transformer en animaux. J’avoue avoir un faible pour eux. Ils sont pleins de puissance, et ont des caractéristiques très alléchantes. J’aime savoir quel animal ils sont et ici, on a affaire à de nombreuses scènes avec eux, ce qui m’a beaucoup plu. On est donc dans une société hiérarchisée avec les metamorphes qui sont au service d’une partie des sorciers surnommée les Héritiers. L’élite de l’élite.

Une héroïne unique

Dans cette société, nous faisons la rencontre de Karalyn, qui est vraiment particulière, rejetée de la société, haïe par les siens car ses parents ont défié les lois pour avoir des enfants. Kara a été poursuivie et malmenée toute sa vie à cause de cela. A présent, elle se tient loin du monde magique mais les choses ne vont pas se passer comme elle le croyait. Elle va se retrouver obligée de côtoyer ceux qu’elle déteste et j’ai beaucoup aimé les scènes de confrontation.

De nombreux mystères

Ce tome est le premier de la série de Léa Diaz. Il sert donc d’introduction à l’histoire et cela fonctionne car on a pas mal d’éléments qui nous permet de mieux comprendre l’histoire et de s’y émerger totalement. Alors oui, j’ai trouvé dommage qu’il y ait autant de mystères et de questions sans réponse. L’histoire nous offre des personnages très attachants et complexes. Josh, Armael, Rhysand, Every… De nombreux personnages qui recèlent bien des secrets et qui, pour la plupart, demeurent entre (trop) mystérieux. J’aurais aimé avoir plus de révélations. J’espère du coup avoir des réponses dès le tome 2.

Capture d’écran 2019-04-15 à 13.28.43

 

 

Editions·Fantasy·Gallimard Jeunesse·Jeunesse·Romans

Asha, Tueuse de Dragons, de Kristen Cinccarelli

Iskari – Tome 1

iskariAu royaume de Firgaard, les légendes sont interdites : elles sont dangereuses. Pourtant, le sort d’Asha, princesse solitaire, leur semble étroitement lié. Asha est une tueuse de dragons crainte par tout son peuple : elle est Iskari.

J’ai fini aujourd’hui Iskari, le premier tome et je ressors vraiment charmée et ravie de ma lecture.

Un univers oriental captivant

On n’a vraiment pas l’habitude de se trouver dans un univers oriental et pourtant, j’ai beaucoup apprécié l’exotisme qui se dégageait de ma lecture. L’univers décrit par l’auteure est très vite captivant. Nous découvrons un monde dans lequel vivent les dragons. Pourtant, par rapport à d’autres histoires dans lesquelles les dragons sont respectés et craints, ici ils sont haïs et pourchassés. J’ai aimé chacune des scènes avec les dragons et j’ai beaucoup aimé la direction que prend l’histoire avec eux.

Une héroïne unique

C’est dans ce contexte que nous faisons la rencontre d’Asha, également surnommée l’Iskari. Elle est accusée d’avoir entraîné le plus vieux des dragons à brûler sa ville lorsqu’elle était plus jeune. Brûlée au visage, elle ne cesse depuis de pourchasser les dragons et de les tuer afin d’expier sa faute.

Asha est très courageuse et fidèle à ses principes. J’ai beaucoup aimé suivre ses aventures et ce dès le début. Je ne m’attendais pas à autant de rebondissements et j’ai été ravie car le rythme est dynamique et l’histoire captivante. Au début, je l’ai trouvée un peu hautaine mais finalement, on voit d’autant plus l’évolution de son personnage et c’est vraiment chouette !

Une histoire aux allures des mille et une nuits

Je crois que ce que j’ai préféré, ce sont toutes les histoires racontées dans ce roman, ces légendes du peuple d’Asha qui attirent les dragons et qui ont été déclarées interdites par le roi. On est vite transportés en lisant ces histoires. Elles sont très belles et illustrent à merveille l’histoire principale avec Asha. Je crois que ce sont elles qui m’ont vraiment captivée.

Vous l’aurez compris, cette lecture a été un petit coup de cœur pour moi. Et puis, la carte est magnifique au début du roman, de quoi nous projeter à merveille dans l’histoire. J’ai hâte de lire la suite des aventures d’Asha.

Capture d’écran 2019-04-15 à 13.28.43

 

D’autres chroniques :

 

Editions·Fantasy·Jeunesse·Rageot·Romans

Les Âmes Croisées, de Pierre Bottero

les ames croiseesNawel vit à Jurilan, le royaume des douze cités. Aspirante comme ses amis Philla et Ergaïl, elle va choisir la caste correspondant à ses aspirations profondes pour le reste de sa vie. Tout indique qu’elle entrera, selon le désir de ses parents, chez les prestigieuses Robes Mages. Mais Nawel s’interroge sur sa place dans cette caste et sur la voie qu’elle doit suivre…

Quel plaisir de lire un livre de Pierre Bottero ! Celui-ci était dans ma bibliothèque depuis un moment mais je n’osais pas le lire de peur de quitter trop vite les romans de cet auteur si poétique.

Une héroïne déterminée

Au début, je n’ai vraiment pas aimé Nawel. Elle est belle, intelligente et déterminée, mais également terriblement superficielle, hautaine et méprisante. Mais finalement, on apprend à la connaitre. Elle va faire des choix et va grandir en découvrant vraiment le monde qui l’entoure. J’ai beaucoup aimé sa manière de penser. Elle devient très vite lucide et mature. J’ai beaucoup aimé la voir faire face à ses responsabilités. C’est une jeune fille très orgueilleuse qui sait pourtant prendre du recul pour mieux agir.

Un univers qui donne envie

C’est avec plaisir que j’ai découvert cette nouvelle société composée de Cendres et de Perles. Pierre Bottero sait nous décrire les lieux en nous faisant voyager et on se sent dans l’ombre de Nawel, à ses côtés quand elle marche dans la ville d’Ank-Nor. Ce devait être le premier tome d’une trilogie. Pierre Bottero respecte donc les règles en nous offrant un premier tome d’introduction et c’est réussi. Tout est bien clair et on ne demande qu’à suivre Nawel dans sa vie d’Armure.

Une belle leçon à retenir

Comme je le disais, Nawel fait face à ses responsabilités quand elle prend conscience de ses actes. C’est comme si la bulle dans laquelle elle se trouvait explose et ses yeux s’ouvrent enfin sur la réalité qui l’entoure. J’ai beaucoup aimé cette insistance sur l’importance des choix qu’on fait. L’auteur fait passer des messages forts qui peuvent marquer chacun d’entre nous.

J’aime le fait que Pierre Bottero nous fasse réfléchir sur nos actions, nos choix, nos paroles. Qu’il nous fasse prendre conscience que tout compte et que rien ne s’efface. Qu’il faut donc profiter à fond de la vie sans avoir de regrets et sans fuir ses responsabilités. Que tout acte entraine des conséquences qu’il faut assumer sans s’y noyer. C’est une superbe leçon de vie que je vais tenter de suivre le plus longtemps possible.

« Une seule vie, de la naissance à la mort. Une vie unique, sans possible retour en arrière, sans remise à zéro des actes, des gestes ou des pensées. Une vie à respecter. Une vie à vivre. Intensément. »

Ça aurait dû être le premier tome d’une nouvelle trilogie, malheureusement Pierre Bottero nous a quittés de manière brutale donc nous ne saurons jamais la suite des aventures de Nawel. Malgré tout, ça reste une superbe lecture qui donne envie de se plonger de nouveau dans les romans de ce magnifique auteur.

Capture d’écran 2019-04-15 à 13.28.43

 

D’autres chroniques :

 

Editions·Fantasy·Jeunesse·Livre de Poche·Romans

Red Queen, de Victoria Aveyard

Red Queen – Tome 1

red queen 1Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.

Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d’Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l’indépendance de son peuple.

J’ai pris du temps pour totalement m’immerger dans cette histoire mais finalement, à partir du premier tiers, je me suis laissée emportée jusque la fin et j’ai beaucoup aimé ma lecture.

Une société scindée en deux

On le comprend très vite, nous nous trouvons dans une société où les Argents – des hommes dont le sang est argent – ont des pouvoirs surnaturels et dominent les Rouges, des humains « normaux » au sang rouge et sans pouvoir. De suite, on comprend que les Rouges ont la vie très difficile et notre héroïne en fait justement partie. Ils sont exploités par les Argents, des êtres qui méprisent ceux qui n’ont pas de pouvoir.

J’aurais aimé avoir une carte, je l’avoue, pour davantage me projeter dans l’histoire. Ce n’est pas le cas et au fil de ma lecture, ça m’a moins gêné qu’au début mais c’est dommage. J’ai eu du mal à être dans ma lecture au début du coup, car je n’arrivais pas trop à m’immerger dans l’histoire.

Une héroïne différente

Dans cette société impitoyable, Mare est une jeune fille de dix sept ans qui a vu ses frères partir à la guerre sans espoir de revenir. Elle va elle-même découvrir qu’elle a des pouvoirs surnaturels alors que c’est impossible que les Rouges en aient. Mare est courageuse et déterminée. Elle fait face aux situations, prend des décisions et les assume. J’ai beaucoup aimé ça, ne pas la voir pleurnicher sur son sort mais plutôt trouver des solutions pour s’en sortir, jusqu’à la fin.

On la suit donc dans sa découverte de la vie royale. J’ai aimé la partie découverte aussi bien que la partie intrigue. On sent que tout est nouveau pour elle et c’est très bien amené. Elle va faire la rencontre de beaucoup de personnages et chacun a son rôle. J’ai également beaucoup aimé la voir apprendre à maitriser son pouvoir. Le fait que les Argents aient des pouvoir rend l’histoire très riche.

Beaucoup de péripéties et de rebondissements

En fait, ce qui m’a le plus gênée, c’est que j’ai vu venir pas mal de dénouements et du coup, je n’ai pas été vraiment surprise.  On assiste à une révolution et Mare veut suivre les idéaux qu’elle a. Sauf qu’elle va vite comprendre qu’il y aura des morts, et qu’elle est loin d’assimiler toutes les intrigues qui se passent au sein de la cour royale.

C’est donc un premier tome qui met en place l’intrigue et qui donne le ton. On va découvrir les personnages principaux et découvrir qu’il ne faut se fier à rien dans une cour royale. Un bon premier tome qui est très captivant. 

Capture d’écran 2019-04-15 à 13.28.43D’autres chroniques :